les "bad buzz" et l'emploi

Bad buzz, un frein à l’emploi et à la carrière

Le bad buzz provoque du bruit auprès des gens et récolte des commentaires négatifs. À l’instar des «Good buzz », les « Bad buzz restent plus longtemps visibles sur la toile.

Nos actes ont toujours des conséquences et dans l’univers du numérique les retombées peuvent être fâcheuses. Surtout face à l’employeur actuel ou à un futur employeur.

Exemples de bad buzz qui bouleversa leur vie professionnelle

Quelques exemples de personnes qui n’ont pas maîtrisé leur identité numérique et ont eu des retombées négatives. Leur carrière finie ou à peine commencée à cause d’un «Bad buzz».

Photo de ses fesses à l’entretien d’embauche : une soirée bien arrosée et des amis immortalisent le moment en prenant des photos de l’événement. Puis, ils partagent ses photos et le recruteur les retrouve. Ce fut une fameuse surprise au candidat quand on lui présenta la photo de ses fesses à l’entretien d’embauche.

Un tweet à ne surtout pas faire : après avoir reçu une offre d’embauche chez Cisco, elle twitte « Cisco m’offre un job. Maintenant, je dois peser le pour et le contre entre un gros chèque, le trajet et le travail que je déteste. » Elle n’a pas pensé que la société fait de la veille et malheureusement pour elle, il a répondu à son tweet : « Je suis sûr que le directeur Manager aimerait savoir que vous détestez le travail. Dommage, ce sera pour la prochaine fois. »

Carrière bouleversée après un tweet : sa vie a totalement changé à cause d’un tweet de mauvais goût. En décembre 2013, Justine Sacco, chargée des Relations Publiques a publié sur Twitter : « Je pars pour l’Afrique. J’espère que je ne vais pas attraper le sida. Je plaisante, je suis blanche ! » Son tweet a vite fait le tour du Web, des médias et surtout sur Tweeter avec le hastag  « #HasJustineLandedYet ». Sa carrière en communication a été ruinée à cause d’un tweet raciste.

Même les personnes travaillant dans la communication ne sont pas à l’abri d’une erreur.

Virée avant de commencer un nouveau boulot : Cella allait débuter un nouveau travail dans une pizzeria. La veille, la jeune femme twitte «Je démarre ce p**** de job de m**** demain » et son employeur a répondu à son tweet : «Non, tu ne commences pas ce p**** de job aujourd’hui ! Je viens te virer ! Bonne chance sans argent et dans ta vie sans travail ! » Elle n’aura pas eu le temps de commencer ce nouveau travail.

L’ennui au travail : une jeune fille s’en ennuyait profondément au travail et en tant que personne active au micro-blogging et au « live activity », elle l’a déclaré sur les réseaux sociaux Twitter et Facebook. Résultat, elle a été virée.

Une photo jugée trop indécente : Laraine Cook, ancienne professeur de basket-ball aux USA, a été virée, car une photo de ses seins nus postée sur Facebook.

Pirate, pas très perspicace : ce jeune pirate roumain installait des chevaux de Troie sur de nombreuses machines et parmi elle, celle du ministère de la Défense US. Le bémol, il a utilisé la même adresse mail que sur ses C.V. 

Mal commencé et bien terminé : Mathieu fut un des premiers à utiliser le C.V vidéo, malheureusement pour lui, elle a eu des retombées assez négatives : moqueries, parodies… Depuis, il a modifié son blog en affichant les couleurs de l’UNICEF et en faisant un appel au don.

Comment éviter le bad buzz ?

  • Savoir utiliser les outils du Web
  • Mettre en place une stratégie
  • Une relecture en bonne et due forme
  • Éviter l’opportunisme
  • Une prudence dans l’utilisation des émotions

Comment réagir face à un bad buzz ?

  • Ne répondez pas immédiatement, car sur l’effet de la colère, vous pourriez dire des choses qui pourraient être préjudiciables. Donc, il faut rester calme et réfléchir avant d’agir.
  • N’effacez ni les commentaires et ni la publication à la cause du «Bad buzz ». Vous pourriez être amené à l’effet Streisand.
  • Mettez en place une stratégie pour se défendre des attaques
  • Communiquez assez rapidement avant qu’il le buzz soit chrysogène, mais avec transparence et rappeler les faits complets
  • S’excuser quand on est coupable
  • Répondre aux commentaires négatifs en créant le dialogue avec la communauté
  • Trouver une opportunité dans le «Bad buzz » en le transformant en « Good buzz »